Qu'est-ce que la spiritualité ?

C'est le souvenir de notre demeure originelle d'où nous sommes venus. Nous sommes devenus tellement focalisés sur la vie matérielle que nous en avons oublié cette demeure divine. L'âme est le voyageur sur le chemin du retour vers la maison. Le voyage est la vie que nous adoptons pour le retour. C'est la vie même. Le véhicule est le corps dans lequel l'âme voyage à travers la vie. Notre but spirituel est d'atteindre cette condition originelle et le chemin spirituel est la façon dont nous voyageons pour atteindre ce but.

Selon Ram Chandraji, "La spiritualité commence réellement là ou finit la religion." La spiritualité est facilement identifiable avec le mysticisme. Le voyage spirituel ou mystique est le voyage intérieur du cœur. L’un des grands principes de toutes les religions a toujours été que Dieu réside dans le cœur de l’être humain. La spiritualité fixe l'attention sur la lumière créée par la présence divine dans le cœur. La spiritualité est le besoin d'une existence intérieure. 

La spiritualité n'invoque pas de noms, ne confère aucun attribut, n'exige aucune soumission à des dieux artificiellement créés par le mental de l’homme et concentre notre attention sur l’infini, l’ultime source de tous les êtres, qui est sans nom, sans forme et sans attribut. Cette recherche de l’Ultime peut rapprocher des gens de toutes cultures et de toutes religions. Si elle est largement pratiquée, la spiritualité est peut-être la force la plus puissante pour parvenir à l’unification humaine.

“La plus grande béatitude se situe dans notre propre Soi.” – Mandukya Upanishad. La vie matérielle peut être satisfaisante jusqu’à un certain point, mais nous laisse souvent avec un sentiment de vide, un indéfinissable manque de quelque chose, même si nous ne savons pas de quoi. La plupart d’entre nous désire la joie, le bonheur et la paix. La spiritualité nous enseigne que la véritable joie, le bonheur et la paix viennent de l’intérieur.

La spiritualité apporte dans nos vies des changements durables et importants passant par la transformation intérieure. Au fur et à mesure que nous changeons, l’univers change autour de nous. Avec ce changement, il y a une croissance intérieure des qualités de cœur, comme le courage, l’espoir, la foi, l’émerveillement, la compassion, la tolérance, et surtout l’amour. 

Le Raja Yoga

Le Raja Yoga est resté pendant très longtemps une pratique et une philosophie de vie propres à l’Inde, construites sur la culture védique. Sa pratique dans sa forme traditionnelle était limitée à certains et ses exigences et contraintes la rendaient peu compatible avec le maintien d’une vie sociale, familiale ou professionnelle. En inadéquation avec la vie occidentale, il est donc resté pendant très longtemps cantonné à l’Inde, associé à l’image des ascètes Indiens retirés du monde (sanyasis).

La vision du yoga par l’Occident a commencé à se modifier suite au déplacement de certains grands Maîtres, le premier ayant été le Swami Vivekananda, dont la présence et le discours donné au congrès des religions de Chicago en 1893, a radicalement modifié la vision que les occidentaux pouvaient avoir du yoga et de la culture indienne dans son ensemble. Cet événement marque le point de départ du développement du yoga à travers le monde.

Les racines du Ramashram Satsang: historique

 

Le Ramashram Satsang, un système d’entraînement pratique en spiritualité, a émergé vers la fin des années 1800. Grâce à des recherches méticuleuses, Shri Ram Chandra, également nommé Lalaji par sa famille et ses pairs (les maîtres du Ramashram Satsang) redécouvrit l’art, perdu depuis longtemps, de transmettre l’énergie spirituelle. Très tôt dans sa vie, Lalaji suivit l’appel intérieur et pressant de son besoin de spiritualité. Il reconnut le droit naturel de naissance pour chaque individu de se développer jusqu’au plus haut niveau de la perfection humaine et il a vu la nécessité d’un système de développement spirituel simple et efficace qui pourrait être pratiqué universellement par toute personne.

Ayant associé l’art yoguique de la transmission avec le raja yoga (le yoga du mental) bien connu, Lalaji simplifia et remodela ces anciennes traditions pour les adapter aux besoins de la vie moderne. Ce faisant, il  rendit superflus rituels et disciplines, tout en maintenant l’essentiel d’un système qui pouvait conduire au but recherché : la perfection intérieure ou la réalisation de Dieu.

Utilisant la transmission d’énergie divine ou pranahuti, Lalaji forma, au cours de sa vie, de nombreux aspirants. Un de ses dévots, par nommé Chaturbhuj Sahay, lui succéda plus tard et continua le travail de formation et de transmission d’énergie spirituelle à de nombreuses personnes. Guru Maharaj, comme on l’appelait affectueusement, continua à raffiner et à développer la technique et lui donna le nom de Ramashram Satsang – ‘la voie simple et naturelle.’ Selon Guru Maharaj Dieu est infini et pourtant simple, la façon de l’atteindre doit donc aussi être simple.

En 1933, Chaturbhuj Sahay fonda la Ramashram Satsang Mathura, une organisation à but non lucratif créée dans le but d’apporter l’élévation spirituelle à tous à travers le monde. Krishna Kantji est le président actuel de la Ramashram Satsang et le représentant spirituel du système Raj Yoga d’entraînement spirituel.

La Méditation

“Vous deviendrez ce sur quoi vous méditez.” Cette théorie est fondamentale, non seulement dans les enseignements du Ramashram Satsang, mais dans toutes les sphères de l’activité humaine. Quand nous pensons continuellement à quelque chose, nous méditons que notre intention soit de faire fortune, de découvrir un remède contre le cancer ou de créer un beau jardin, plus nous pensons à notre objectif, plus la pensée prend de l’expansion et remplit notre vie. Il est donc important de choisir comme objet de méditation ce que nous souhaitons devenir.

Le but du Ramashram Satsang est la réalisation de Soi en partant du principe que le divin existe dans le cœur de chaque être humain. Etant infini et sans attribut, l’objet de notre méditation n’a ni nom ni forme. On nous donne donc pour objet de méditation la chose la plus pure et la plus subtile et c’est la lumière divine dans le cœur. La méthode consiste à s’assoir dans une position confortable avec la pensée que notre cœur est rempli de lumière divine. Nous ne visualisons pas la lumière mais nous supposons seulement qu’elle y est présente. Quand d’autres pensées surviennent, nous dirigeons à nouveau gentiment le mental vers le cœur et attendons patiemment que la présence divine se manifeste.

Ne pas prêter attention est la meilleure réponse aux pensées non désirées, car les pensées ignorées n’ont aucun pouvoir. Avec la pratique, comme nous apprenons à contrôler le mental, celui-ci devient de moins en moins bavard et nous devenons plus réceptifs à l’influence conseillère du cœur. Mental et cœur commencent ainsi à travailler ensemble de façon équilibrée. En avançant dans notre pratique, nous apprenons à maintenir cet état d’équilibre au cours de nos activités habituelles.

La méditation est différente de la concentration. Quand nous essayons de nous concentrer, le ‘je’ (le moi) est là. Mais quand nous méditons, nous attendons quelque chose de plus élevé. L’effet de cette attente crée une attraction et nous commençons à attirer vers nous l’objet de notre intérêt. Tôt ou tard dans la méditation, nous glissons vers un état sans pensée, un état connu comme étant l’absorption. C’est une condition dans laquelle nous nous oublions momentanément tout en réalisant une expansion dans le grand Soi, au-delà du temps et de l’espace, au-delà de notre propre identité. Cette expérience nous régénère sur tous les plans.

La méditation Ramashram Satsang est à la fois simple et efficace, mais pas forcément facile. Cela demande une intention sincère et une bonne dose de discipline. Au début, on peut douter d’avoir suffisamment de volonté pour appliquer la méthode telle qu’elle est prescrite. Pourvu que l’on fasse la pratique, chaque jour et de notre mieux, celle-ci va s’installer d’elle-même. Plus on s’y adonne, plus grande est la joie de méditer et notre aptitude à le faire. Tandis que notre condition intérieure s’améliore, des sentiments d’empathie et de fraternité se développent, nous permettant de nous transformer non seulement de l’intérieur mais aussi dans notre relation avec les autres.